SOMeC

sous l'égide de l'Unaformec Rhône-Alpes


Poster un commentaire

Télémédecine face au risque d’ubérisation des prestations médicales | Cnom

Rappel des positions du Conseil national de l’Ordre des médecins.

Engagé de longue date pour que télémédecine, téléconsultation et téléexpertise soient concrètement intégrées dans les parcours de soins des patients et les pratiques quotidiennes des médecins, notamment par une simplification de la réglementation, le CNOM s’est exprimé à de nombreuses reprises sur le sujet1 et souhaite aujourd’hui réaffirmer ses principes structurants ce domaine.

Source: Cnom. 08/02/2018


Poster un commentaire

Changement de comportement chez les familles d’enfants diabétiques traités par pompe utilisant le système d’autosurveillance glycémique continue « Freestyle libre » : étude pilote

La prise en charge de cette pathologie chronique est basée sur trois principes fondamentaux : l’insulinothérapie, l’autosurveillance glycémique et l’éducation thérapeutique du patient.

Le FSL est un système flash d’autosurveillance du glucose : il permet de mesurer et collecter les données de glycémie grâce à un scan du lecteur sur un capteur.

Référence: Parquet A. Thèse 2017


Poster un commentaire

Vers une nouvelle génération d’outils d’aide à la décision s’appliquant à la prévention des risques lors de la prescription des antibiotiques…

… combinaison des technologies Web sémantique et de l’aide multicritère à la décision.

Au vu de la prévalence significative des événements indésirables liés aux médicaments, ainsi que du risque croissant de résistance aux antibiotiques (causée principalement par les prescriptions inappropriées et une utilisation excessive), nous proposons une architecture générale pour des systèmes de recommandation adaptés à ce type de contexte et nous en développons un pour la prescription d’antibiotiques (PARS)…

Source: Ben Souissi S. Thèse de doctorat en informatique. 2017


Poster un commentaire

Elaboration d’un site internet d’aide à la lecture et à l’interprétation de l’électrocardiogramme en médecine générale : ECGclic.fr

L’électrocardiogramme (ECG) est un examen indolore et non invasif qui permet aujourd’hui de détecter de nombreuses pathologies. Près d’un médecin généraliste français sur deux n’est pas équipé d’un ECG, le manque de connaissances étant évoqué dans 44% des cas. Les ressources existantes pour se former à l’ECG sont nombreuses, mais souvent très riches, proposant une lecture exhaustive et spécialisée de l’ECG

ECGclic est un site internet, d’accès libre et gratuit, proposant aux médecins généralistes une aide à la lecture et à l’interprétation de l’ECG. A notre connaissance, ECGclic est le premier site d’aide à la décision médicale francophone dédié à la lecture de l’ECG en contexte de médecine générale. En plus de sa validation scientifique, ce projet est maintenant confronté à des enjeux de diffusion, pérennisation, et de développement.

Source: Tronel F. Thèse. 2017


Poster un commentaire

Quelle est la place des médecins généralistes dans le développement de la télémédecine ? Enquête auprès des médecins généralistes de Gironde

Introduction : de tout temps, les médecins se sont adaptés aux nouvelles technologies afin d’assurer les meilleurs soins à leurs patients. La télémédecine, considérée comme l’un des facteurs clés d’amélioration de notre système de santé, est novatrice et celle-ci doit s’appuyer sur le rôle pivot du médecin généraliste pour se développer.

L’objectif de notre travail a été d’évaluer la place réelle et actuelle des médecins généralistes dans le développement de la télémédecine à partir d’une enquête en Gironde.

Matériel et méthode: il s’agit d’une étude descriptive et transversale réalisée auprès des médecins généralistes de Gironde par l’intermédiaire d’un questionnaire adressé par le CDOM. Les différentes variables qualitatives décrites ont été comparées à l’aide du test du chi 2 et un p<0,05 a été considéré comme statistiquement significatif.

Résultats: le questionnaire a été envoyé à 1543 médecins généralistes de Gironde, Nous avons recueilli 279 réponses dont 278 exploitables. 95,3% des médecins ont répondu connaître la télémédecine, 18,3% affirment l’avoir déjà utilisée. 78,8% jugent la pratique intéressante, mais seulement 46% sont prêt à l’insérer dans leur pratique quotidienne, alors qu’ils sont 55,4% à bien vouloir se former et 69,4% à vouloir des informations.

Discussion: l’objectif est de pouvoir former et informer les médecins au cours de leur formation initiale et continue pour développer au mieux la télémédecine, notamment via des projets autour de la dermatologie, du diabète ou de la médecine interne. En s’appuyant sur un profil type correspondant à un jeune médecin exerçant en cabinet de groupe rural ou en MSP. Une évaluation médico-économique régulière est souhaitable pour rendre compte de son efficacité sur le long terme et gommer les freins tout en accentuant les bénéfices.

Conclusion: l’acceptation et l’intégration des médecins généralistes semblent la base du développement de la télémédecine dans notre pays. Cela impliquera de redéfinir un nouveau lien avec le patient, modifier notre exercice en intégrant cette nouvelle technique de travail afin de préserver la qualité des soins et le respect du secret médical.

Source: Thomas Messon. Quelle est la place des médecins généralistes dans le développement de la télémédecine ? Enquête auprès des médecins généralistes de Gironde. Médecine humaine et pathologie.
2017. <dumas-01675760>


Poster un commentaire

Précision du système FreeStyle libre à différents sites d’insertion : abdomen et cuisses vs bras | diabeto.net

Depuis le remboursement du système flash d’autosurveillance du glucose interstitiel FreeStyle libre, la plupart des patients diabétiques de type 1 vont utiliser cet appareil. Cependant, certains de ces patients trouvent le capteur trop visible sur le haut du bras. Comme les performances du capteur n’ont été testées qu’à ce niveau, il n’est pas recommandé de le placer à un autre site…

En conclusion, cette étude semble démontrer, pour la 1ère fois, une performance acceptable des capteurs sur la cuisse en comparaison du bras, mais ce n’est pas le cas pour la localisation abdominale.
Ainsi, chez les patients qui ne souhaitent pas que leurs capteurs soient visibles, cela apparaît comme une alternative possible. Cependant, tant au niveau de l’abdomen que de la cuisse, des périodes où le différentiel était plus important que sur le bras ont été observées (pression sur le capteur).

Source: diabeto.net