SOMeC

sous l'égide de l'Unaformec Rhône-Alpes


Poster un commentaire

Pas d’écran avant trois ans : un soutien massif du ministre de la Santé

Il y a dix ans, le Conseil supérieur de l’audiovisuel lançait un nouveau mot d’ordre en recommandant aux familles d’éviter l’utilisation des écrans par les jeunes enfants de moins de trois ans. Cette campagne s’inscrivait dans le choix du CSA de refuser la programmation en France d’émissions spécifiquement destinées à ces très jeunes publics. Difficile de savoir dans quelle mesure cette recommandation est parfaitement suivie alors qu’en dix ans, l’usage des tablettes et autres portables n’a cessé de progresser. Par ailleurs, si la plupart des sociétés savantes ont adopté cette préconisation, de nombreux spécialistes insistent cependant sur le fait que c’est toujours l’excès et un usage sans aucun accompagnement des adultes qui peut être délétère et qu’un bannissement total (à l’instar de véritables produits toxiques, tel l’alcool !) n’est pas envisageable ni même totalement nécessaire…

Source: JIM.fr 19/10/2018


Poster un commentaire

Préserver sa réputation numérique | CNOM

Ce guide a vocation à accompagner les médecins, ou plus généralement les professionnels de santé, dans la gestion de leur e-réputation. Nous avons cependant choisi de le rendre public sur notre site internet ainsi que son tutoriel.

Selon les termes de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL),« l’e-réputation est l’image numérique d’une personne sur Internet. Cette e-réputation est entretenue par tout ce qui concerne cette personne et qui est mis en ligne sur les réseaux sociaux, les blogs ou les plateformes de partage de vidéos »…

Source: CNOM 10/10/2018


Poster un commentaire

Les jeux vidéo sérieux en pratique gérontologique : application aux relations activité physique/cognition | Thèse

Ce travail de thèse présente une approche clinique et thérapeutique visant à fournir de nouvelles techniques de soins pour les patients atteints de troubles neurocognitifs et notamment de maladie d’Alzheimer. Les serious exergames sont des jeux vidéo sérieux intégrant une activité physique. Ils peuvent constituer des outils de production d’environnement enrichi pour les utilisateurs, en associant notamment exercice physique et entraînement cognitif. L’objectif de cette thèse est d’explorer en quoi les serious exergames peuvent contribuer à la prise en charge non médicamenteuse des troubles neurocognitifs. Dans ce travail, nous avons réalisé deux types de contribution. Les premières contributions sont générales, l’une présente notre approche clinique intégrative combinant exercice physique et entraînement cognitif via l’utilisation de serious exergames, et l’autre présente des recommandations concernant l’usage des serious games. Les secondes contributions sont de nature expérimentale. La première expérimentation vise à vérifier une des bases théoriques de notre approche clinique. Les deux expérimentations suivantes constituent une évaluation de la mise en œuvre de notre approche.

Source: Sacco Guillaume, Thèse, 07/06/2018


Poster un commentaire

L’intelligence artificielle guidera les radiologues vers une imagerie juste | Hospimedia

… À l’occasion d’une grande conférence, l’imagerie juste a notamment été définie sous quatre angles :

  • la juste dose, c’est-à-dire utiliser la dose aussi faible que possible tout en maintenant une qualité d’image pour une qualité diagnostique ;
  • la juste parole car le radiologue ne doit pas perdre de vue son côté clinicien ;
  • le juste temps, en effet le radiologue en première ligne doit prendre le temps afin de ne pas ajouter à la culpabilisation initiale du patient ;
  • le juste traitement, qui doit être pertinent en considération de l’explosion des demandes d’actes et pour cela une modification de la formation s’est récemment mise en place…

Source: Hospimedia 15/10/2018


Poster un commentaire

L’Ordre publie un guide pour vous aider à préserver votre e-réputation | Le Généraliste

Sollicité à de nombreuses reprises par ses adhérents sur des questions de réputation numérique, le conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM)vient de publier un guide et un tutoriel interactif pour aider les praticiens à préserver leur image sur la Toile.

Avis de patients, création d’une fiche professionnelle à l’insu du médecin sur Google, les informations qui circulent sur Internet portent parfois atteinte à la e-reputation du médecin. L’Ordre préconise donc à chacun de veiller à ce qui circule sur le web à son sujet à raison d’une fois par mois. Le CNOM conseil également aux médecins de se rapprocher de leur assurance de responsabilité civile professionnelle, qui offrent souvent des services d’accompagnement dans les démarches de contrôle de sa réputation numérique.

Source: Le Généraliste 12/10/2018


Poster un commentaire

Des interventions d’e-santé pour traiter l’anxiété et la dépression chez des enfants et adolescents atteints de pathologies physiques à long terme | Cochrane

À l’échelle mondiale, plus d’un enfant et adolescent sur dix souffre de pathologies physiques à long terme, telles que l’asthme, le diabète et le cancer. Ils sont plus susceptibles de développer des problèmes psychologiques, qui incluent l’anxiété ou la dépression. Le traitement précoce de ce type de problèmes peut prévenir des difficultés en matière d’amitiés, de vie de famille, d’école et de futurs problèmes de santé mentale. L’accès à une thérapie traditionnellement administrée en face à face peut être difficile en raison du nombre limité de services. À mesure que la technologie s’améliore, et que les thérapies deviennent disponibles sur ordinateurs et téléphones mobiles, des interventions d’e-santé (dispensées par des moyens numériques et allant de simples programmes à base de SMS jusqu’à des programmes multimédias et interactifs, des jeux à finalité pédagogique, des programmes de réalité virtuelle et de rétroaction biologique) pourraient être utiles pour traiter l’anxiété et la dépression chez ces enfants et adolescents…

Conclusions des auteurs

À l’heure actuelle, le domaine des interventions d’e-santé destinées au traitement de l’anxiété ou de la dépression chez les enfants et adolescents atteints de pathologies physiques à long terme est limité à cinq essais de faible qualité. La très faible qualité des preuves signifie que les effets des interventions d’e-santé sont pour le moment incertains, en particulier chez les enfants de moins de 10 ans.

Bien qu’il soit trop tôt pour recommander des interventions d’e-santé pour cette population clinique, compte tenu de leur nombre croissant et de l’amélioration globale en matière d’accès aux technologies, il semble exister des possibilités de développer et d’évaluer des traitements, basés sur les technologies, acceptables et efficaces pour s’adapter aux enfants et adolescents atteints de pathologies physiques à long terme…

Source: Cochrane

 


Poster un commentaire

Automesures tensionnelles télétransmises au pharmacien : le rôle clé du coaching | Medscape

Dans la prise en charge de l’hypertension, associer « automesure de la pression artérielle (PA) » et « télétransmission des valeurs à un pharmacien habilité à moduler le traitement » est clairement une combinaison gagnante. Mais le bénéfice perdure-t-il réellement lorsque les patients ne sont plus coachés pour continuer cette stratégie ?

Pour conserver l’effet favorable initial une solution : la piqûre de rappel via la télétransmission et le dossier médical électronique, disent les auteurs.

Source: Medscape