SOMeC

sous l'égide de l'Unaformec Rhône-Alpes


Poster un commentaire

Préserver sa réputation numérique | CNOM

Ce guide a vocation à accompagner les médecins, ou plus généralement les professionnels de santé, dans la gestion de leur e-réputation. Nous avons cependant choisi de le rendre public sur notre site internet ainsi que son tutoriel.

Selon les termes de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL),« l’e-réputation est l’image numérique d’une personne sur Internet. Cette e-réputation est entretenue par tout ce qui concerne cette personne et qui est mis en ligne sur les réseaux sociaux, les blogs ou les plateformes de partage de vidéos »…

Source: CNOM 10/10/2018


Poster un commentaire

L’Ordre publie un guide pour vous aider à préserver votre e-réputation | Le Généraliste

Sollicité à de nombreuses reprises par ses adhérents sur des questions de réputation numérique, le conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM)vient de publier un guide et un tutoriel interactif pour aider les praticiens à préserver leur image sur la Toile.

Avis de patients, création d’une fiche professionnelle à l’insu du médecin sur Google, les informations qui circulent sur Internet portent parfois atteinte à la e-reputation du médecin. L’Ordre préconise donc à chacun de veiller à ce qui circule sur le web à son sujet à raison d’une fois par mois. Le CNOM conseil également aux médecins de se rapprocher de leur assurance de responsabilité civile professionnelle, qui offrent souvent des services d’accompagnement dans les démarches de contrôle de sa réputation numérique.

Source: Le Généraliste 12/10/2018


Poster un commentaire

L’usager « oublié » du virage numérique du système de santé (rapport Pon/Coury) | TICsante.com

Les pilotes du chantier numérique de la stratégie de transformation du système de santé, Dominique Pon et Annelore Coury, ont déploré que l’usager ait été « oublié » du virage numérique du système de santé dans leur rapport publié le 18 septembre.

Chargés du troisième chantier relatif au virage numérique de la stratégie de transformation du système de santé, Dominique Pon, directeur général de la clinique Pasteur (Toulouse) et président de SantéCité et Annelore Coury, directrice déléguée à la gestion et à l’organisation des soins à la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), ont remis leur rapport fin juin (voir dépêche du 12 mars 2018).

Ce rapport a formulé huit « propositions clés » pour la refonte de l’e-santé, appelant à repositionner l’usager comme « premier bénéficiaire » des services numériques. Certaines de ces propositions ont été reprises dans la stratégie « Ma santé 2022 » dévoilée par l’exécutif le 18 septembre (voir dépêche du 19 septembre 2018)…

Source: TICsante.com


Poster un commentaire

Règles applicables aux professionnels de santé en matière d’information et de publicité | La Documentation Française

L’étude a enfin été adoptée par l’assemblée générale plénière du Conseil d’État le 3 mai 2018. Au terme de ces travaux, le Conseil d’Etat relève que la réglementation interdisant la publicité directe ou indirecte aux professions de santé est susceptible d’être affectée par l’évolution de la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union européenne. De plus, l’encadrement strict des informations que les praticiens peuvent aujourd’hui rendre publiques ne paraît plus répondre totalement aux attentes d’un public demandeur de transparence sur l’offre de soins. Enfin, l’essor rapide de l’économie numérique a rendu obsolètes certaines des restrictions actuelles en matière d’information dans le domaine de la santé. Le Conseil d’Etat formule 15 propositions pour enrichir les informations susceptibles d’être communiquées au public par les professionnels de santé sur leurs compétences et pratiques professionnelles ainsi que sur les honoraires et les coûts des prestations.

Source: La Documentation Française. Juin 2018


Poster un commentaire

Protection des données : de nouvelles dispositions (RGPD) |CNOM

Le règlement européen sur la protection des données (RGPD) est applicable dans tous les États membres de l’Union, à compter du 25 mai 2018. La CNIL voit ses pouvoirs accrus et a indiqué que les contrôles qu’elle serait conduite à effectuer auront les premiers mois une fonction pédagogique de rappel à la loi, avant qu’elle use de ses pouvoirs de sanction financière.

Le Conseil national de l’Ordre publiera très prochainement un guide dans lequel seront recensées, sous forme de fiches pratiques, toutes les dispositions à prendre dans les diverses situations d’exercice. Cette publication s’inscrira en soutien des contenus propres aux publications de la CNIL.

Tous les médecins, dans tous les secteurs de soins et de modalités d’exercice, sont concernés.

Vous l’êtes parce que vous êtes amenés à recueillir et à traiter de nombreuses informations sur vos patients : des données d’identification (nom, prénom, adresse, numéro de téléphone), mais aussi des informations dites sensibles sur la vie personnelle du patient et celles qui sont directement ou indirectement relatives à sa santé. Que vous utilisiez un dossier patient papier ou un dossier patient informatisé, le RGPD s’applique. Peut-être avez-vous opté pour une plateforme en  ligne pour gérer la prise de rendez-vous? Peut-être réalisez-vous ponctuellement ou à titre habituel des actes de télémédecine? Vous êtes concerné par l’application du RGPD, et dans bien d’autres situations pratiques que le guide exposera pour vous informer et vous accompagner.

Source: Le bulletin de l’Ordre national des médecins n°55 | mai-juin 2018


Poster un commentaire

Télémédecine face au risque d’ubérisation des prestations médicales | Cnom

Rappel des positions du Conseil national de l’Ordre des médecins.

Engagé de longue date pour que télémédecine, téléconsultation et téléexpertise soient concrètement intégrées dans les parcours de soins des patients et les pratiques quotidiennes des médecins, notamment par une simplification de la réglementation, le CNOM s’est exprimé à de nombreuses reprises sur le sujet1 et souhaite aujourd’hui réaffirmer ses principes structurants ce domaine.

Source: Cnom. 08/02/2018


Poster un commentaire

Révolution numérique : de l’humain avant toute chose | Univadis

Dans son long Livre blanc sur « le monde des data, des algorithmes et de l’intelligence artificielle (IA) », le CNOM (Conseil national de l’Ordre des médecins) donne le ton d’emblée. Le temps étant « compté au regard des avancées fabuleuses et à marche accélérée des technologies numériques », il s’agit de « hâter les réflexions de tous pour que des décisions politiques soient prises afin de maintenir le vivre ensemble. » L’enjeu serait considérable : après être passés au « transhumanisme de progrès », allons nous passer au « transhumanisme de rupture », c’est-à-dire substituer à la médecine de réparation une « médecine d’augmentation » ? En termes plus prosaïques, comment faire pour que les « algorithmes et l’intelligence artificielle soient nos alliés dans l’aide à la décision et à la stratégie thérapeutique », ainsi que dans la recherche, sans pour autant asservir l’humain ?

Parmi les contributions à ce Livre blanc, on en retiendra deux.

D’abord celle du Pr Ganascia (chercheur en IA, président du comité d’éthique du CNRS) qui, sans vouloir « jeter le bébé avec l’eau du bain » invite à prendre conscience de « l’opacité des résultats obtenus avec l’IA » : « Les recommandations de la machine ne comportent aucune autre justification que statistique . »

Puis celle de Raja Chatila (président du conseil scientifique de l’Institut universitaire d’ingénierie en santé) : « Nous ne sommes plus dans un mécanisme où l’on comprend avant d’agir. (…) Comme si l’apprentissage profond correspondait à quelque chose dont on a constaté avec l’expérience que cela fonctionne … sans savoir pourquoi. »

Source: Univadis