SOMeC

sous l'égide de l'Unaformec Rhône-Alpes


Poster un commentaire

Diabète : Strasbourg aux avant-postes de la télémédecine | Actu des CHU

En France, plus de 3 millions de patients sont actuellement traités pour un diabète. Une maladie en progression dont la prévalence a plus que doublé en 15 ans*. Quel parcours de soins pour le diabétique ? Quelle offre aujourd’hui, quelles perspectives demain ? Et comment les nouvelles technologies changent-elles la donne ? Telles sont les questions qui se sont tenues au cœur des débats de la journée des « Régionales du diabète » à Strasbourg*.

Entre 2000 et 2013, le nombre de patients diabétiques traités est passé en France de 1,6 à plus de 3 millions de patients diabétiques traités. Avec de fortes disparités régionales. En Alsace le taux de prévalence atteint 8 %, soit un alsacien sur 13. Selon les prévisions, en 2034 notre pays comptera 4,4 millions de diabétiques.

Inaugurant cette journée des « Régionales du diabète », le 21 novembre dernier, le Pr Michel Pinget, professeur émérite à l’Université de Strasbourg, Président Fondateur du Centre européen d’étude du Diabète, évoque la loi des 4 P : Prédiction, Prévention, Personnalisation et Participation du patient. A l’heure où un patient sur cinq est traité par insuline et où les nouvelles technologies ont pris une place prépondérante dans l’accompagnement des soins…

Source: Actu des CHU 14/03/2018


Poster un commentaire

Changement de comportement chez les familles d’enfants diabétiques traités par pompe utilisant le système d’autosurveillance glycémique continue « Freestyle libre » : étude pilote

La prise en charge de cette pathologie chronique est basée sur trois principes fondamentaux : l’insulinothérapie, l’autosurveillance glycémique et l’éducation thérapeutique du patient.

Le FSL est un système flash d’autosurveillance du glucose : il permet de mesurer et collecter les données de glycémie grâce à un scan du lecteur sur un capteur.

Référence: Parquet A. Thèse 2017


Poster un commentaire

Précision du système FreeStyle libre à différents sites d’insertion : abdomen et cuisses vs bras | diabeto.net

Depuis le remboursement du système flash d’autosurveillance du glucose interstitiel FreeStyle libre, la plupart des patients diabétiques de type 1 vont utiliser cet appareil. Cependant, certains de ces patients trouvent le capteur trop visible sur le haut du bras. Comme les performances du capteur n’ont été testées qu’à ce niveau, il n’est pas recommandé de le placer à un autre site…

En conclusion, cette étude semble démontrer, pour la 1ère fois, une performance acceptable des capteurs sur la cuisse en comparaison du bras, mais ce n’est pas le cas pour la localisation abdominale.
Ainsi, chez les patients qui ne souhaitent pas que leurs capteurs soient visibles, cela apparaît comme une alternative possible. Cependant, tant au niveau de l’abdomen que de la cuisse, des périodes où le différentiel était plus important que sur le bras ont été observées (pression sur le capteur).

Source: diabeto.net


Poster un commentaire

Diabète : Un lecteur de glycémie intégré aux lentilles de contact ? Santé Blog

De nombreuses recherches se poursuivent pour parvenir à un outil d’autosurveillance amélioré pour les patients diabétiques, leur permettant de contrôler leur glycémie ou leurs niveaux de glucose en continu et de manière moins invasive.

Les chercheurs de University of Southern California, Los Angeles présentent, dans la revue ACS Nano, un capteur ultra-mince et flexible qui pourrait être incorporé dans des lentilles de contact ou au dos d’une montre, par exemple, et permettre aux patients une autosurveillance plus aisée.

Source: SantéBlog


Poster un commentaire

DiabiLive, l’application de suivi du diabète primée au CES 2018 | TICpharma.com

« C’est une application pour le diabétologue ou le médecin traitant qui vont prescrire le protocole de dosage d’insuline directement dans l’application qui, grâce à des algorithmes, permet aux patients d’obtenir la dose exacte d’insuline à s’injecter », indique Benoît Mirambeau.

« Ce type d’application n’existait pas alors que 90% des diabétiques insulino-dépendants calculent mal leurs doses », précise-t-il. « DiabiLive permet également aux diabétologues de modifier à distance le protocole, par exemple dans le cas d’un voyage qui engendrerait de gros changements physiologiques. »

Source: TICpharma.com


Poster un commentaire

Télémédecine et diabète gestationnel : l’expérience brestoise… | Univadis

L’évaluation d’un programme de télémédecine « SUIvi du DIAbete (SUIDA) » initié auprès de femmes souffrant de diabète gestationnel (DG) montre que cette expérience n’altère pas la prise en charge et ne majore pas les complications maternofœtales.

Il offre par ailleurs, une meilleure coopération pluridisciplinaire (obstétriciens, sages-femmes, médecins libéraux).

Source: Univadis


Poster un commentaire

Essor de l’e-santé : réglementation des applications mobiles et exemples d’accompagnements du patient diabétique | Valentin Renaux

Les applications mobiles de santé, disponibles sur des dispositifs tels que des smartphones ou des tablettes sont de plus en plus nombreuses. La réglementation française reste cependant encore floue à ce sujet. Ce travail expose les pistes de réflexion permettant de réglementer ces applications, notamment la voie de la qualification en dispositif médical.

Le diabète, maladie chronique, représente un des principaux domaines thérapeutiques dans lequel on observe une évolution majeure de ces applications depuis ces dernières années. Il existe pléthore d’applications permettant l’éducation thérapeutique du patient, le respect des règles hygiénodiétiques ou encore le suivi au quotidien. Récemment, on a observé que ces applications vont encore plus loin puisqu’au travers de l’exemple de « Diabéo® », l’application devient support d’un acte de télémédecine. Une étude de cas de quatre de ces applications est proposée pour ainsi faire le lien avec la réglementation en vigueur.

Source : Catalogue SUDOC