SOMeC

sous l'égide de l'Unaformec Rhône-Alpes


Poster un commentaire

L’intelligence artificielle guidera les radiologues vers une imagerie juste | Hospimedia

… À l’occasion d’une grande conférence, l’imagerie juste a notamment été définie sous quatre angles :

  • la juste dose, c’est-à-dire utiliser la dose aussi faible que possible tout en maintenant une qualité d’image pour une qualité diagnostique ;
  • la juste parole car le radiologue ne doit pas perdre de vue son côté clinicien ;
  • le juste temps, en effet le radiologue en première ligne doit prendre le temps afin de ne pas ajouter à la culpabilisation initiale du patient ;
  • le juste traitement, qui doit être pertinent en considération de l’explosion des demandes d’actes et pour cela une modification de la formation s’est récemment mise en place…

Source: Hospimedia 15/10/2018


Poster un commentaire

IA : un formidable outil pour interpréter ECGs ou Holters | Medscape

Pour l’interprétation de l’électrocardiogramme ou du Holter, le principe qui se développe c’est celui de la reconnaissance des signaux électriques, c’est-à-dire, en quelque sorte, de la reconnaissance d’image. Quand on vous imprime un électrocardiogramme, ce sont finalement des signaux électriques qui sont bien mis en forme pour que votre cerveau les reconnaisse. L’ordinateur, lui, il n’a pas besoin de cette mise en forme — il reconnaît les douze dérivations sur lesquelles on travaille, il les compare toutes avec une banque de données et, donc, sa puissance de calcul en fait un outil absolument incomparable. Si vous donnez 10 000 électrocardiogrammes, évidemment, la puissance de comparaison et de diagnostic, de précision — c’est-à-dire sensibilité, spécificité — va augmenter au fur et à mesure de la qualité de votre base de données, donc c’est de la reconnaissance, entre guillemets, d’image, tout comme Siri fait de la reconnaissance de voix, etc…

Je trouve que, franchement, il y a une évolution qui va prendre un petit peu de temps. Peut-être ça va faire peur à un certain nombre de gens, parce que s’acclimater à ces nouvelles technologies, ça prend du temps, et je trouve ça normal. Mais je pense que les jeunes qui sont férus d’électrocardiogrammes — et Dieu sait qu’il y en a, parce que j’en rencontre beaucoup de gens qui sont très demandeurs de formation et de bons documents et de bonnes techniques que n’offrent pas les systèmes existants — je pense qu’on peut redécouvrir la noblesse cet outil…

Donc vous voyez que demain c’est aujourd’hui et que, finalement, l’intelligence artificielle arrive dans l’ECG et puis je suis persuadé que cela va complètement révolutionner notre manière de travailler. On n’a parlé aujourd’hui que du ECG, du Holter, mais derrière il y a beaucoup de choses qui arrivent.

Source: Medscape


Poster un commentaire

Intelligence artificielle et santé | Inserm

Des algorithmes au service de la médecine

L’intelligence artificielle (IA) est un domaine de recherche en pleine expansion et promis à un grand avenir. Ses applications, qui concernent toutes les activités humaines, permettent notamment d’améliorer la qualité des soins. L’IA est en effet au cœur de la médecine du futur, avec les opérations assistées, le suivi des patients à distance, les prothèses intelligentes, les traitements personnalisés grâce au recoupement d’un nombre croissant de données (big data), etc.

L’intelligence artificielle est née dans les années 1950 avec l’objectif de faire produire des tâches humaines par des machines mimant l’activité du cerveau. Face aux déboires des premières heures, deux courants se sont constitués…

Source: Inserm 2018


Poster un commentaire

GlaxoSmithKline dévoile une « nouvelle approche » de R&D utilisant l’analyse génétique | APMnews

« Au cœur de cette nouvelle approche se trouve l’identification de nouveaux médicaments par la concentration sur les voies de modulation du système immunitaire, l’exploitation du grand nombre des données génétiques humaines aujourd’hui générées, l’analyse de ces données complexes grâce à l’apprentissage automatique (machine learning) et la création d’une culture de responsabilité où la prise de risque intelligente est récompensée »…

Source: APMnews 25/07/2018


Poster un commentaire

Le gouvernement va investir dans l’amélioration des diagnostics médicaux par l’IA | TICpharma.com

Le fonds pour l’innovation et l’industrie, doté de 10 milliards d’euros, va investir 30 millions d’euros sur trois ans dans l’amélioration des diagnostics médicaux par l’intelligence artificielle (IA) et 30 millions supplémentaires dans la fiabilisation des systèmes d’IA, a annoncé le ministre de l’économie et des finances, Bruno Le Maire, mercredi 18 juillet.

Créé en janvier, le fonds pour l’innovation et l’industrie est doté de 10 milliards d’euros provenant de cessions d’actifs d’Engie et de Renault (1,6 milliard) et des apports en titres d’EDF et Thalès (environ 8,4 milliards).

« La France a pris du retard sur l’innovation disruptive, c’est-à-dire l’innovation qui ne rapporte pas toute de suite, qui n’améliore pas la productivité immédiate des entreprises, mais qui prépare les sauts technologiques du futur », a déclaré Bruno Le Maire, mercredi 18 juillet, à l’occasion de l’installation du Conseil de l’innovation, une nouvelle structure chargée de piloter la politique d’innovation…

Source: TICpharma.com 23/07/2018


Poster un commentaire

L’intelligence artificielle va-t-elle sauver les médecins et le système de santé ? | Medscape

A en croire les experts, avec l’intelligence artificielle, tout le monde devrait s’y retrouver. Les médecins auront plus de temps pour leurs patients, les patients seront mieux pris en charge grâce à une médecine personnalisée et même la société, allégée du poids financier de la santé, devrait s’en porter mieux. Crédible ?

Médecins : l’IA est une chance

A en croire les ingénieurs et des industriels dans le domaine, y compris ceux qui ont aussi un cursus médical, tous les médecins qui voient la machine comme une ennemie, se trompent. Pour Racha Abu El Ata, directrice santé et social de Microsoft France interrogée par Medscape édition française :« numérique et médecine sont fait pour s’entendre ».

Les médecins doivent-ils avoir peur de l’IA ?

Les industriels, que l’on pourrait accuser de parti pris, ne sont pas les seuls à partager ce point de vue. Le Dr Eric Topol, cardiologue, prospectiviste et rédacteur en chef de l’édition internationale de Medscape ne dit pas autre chose : « les professionnels de santé resteront au cœur de la prise en charge médicale. L’IA augmentera leurs capacités de diagnostic en leur faisant gagner du temps sur l’observation fastidieuse des images » [2]. Autrement dit, « l’IA n’est pas près de remplacer les médecins rapidement ». « Cependant, dans les années à venir, affirme-t-il, dans un article du Lancet sur les avancées et limites actuelles de l’IA en matière d’aide au diagnostic, l’IA pourrait devenir le complément infatigable et rentable des médecins en leur donnant plus de temps pour se concentrer sur la complexité de chaque patient pris individuellement »…

Source: Medscape 13/07/2018


Poster un commentaire

Big data : les professionnels de santé avouent leur méconnaissance ! | JIM.fr

Encore faut-il que les médecins et les infirmières sachent maîtriser ces données et leur analyse. Or, aujourd’hui, selon un sondage réalisé par Qlik auprès de 5 291 professionnels de santé et agents hospitaliers britanniques, français, allemands, espagnols et suédois, seuls 13 % ont confiance dans leur capacité « à lire, exploiter et analyser les données » résume la société. S’ils sont 88 % à être persuadés que leur aptitude à maîtriser les données améliorera la qualité de leur travail, 48 % seulement estiment que leur formation leur permet d’accomplir cette mission quelque peu différente. Ces résultats signalent l’importance, si l’on croit à la force des fameuses data, d’une meilleure initiation des professionnels de santé et des décideurs hospitaliers.

Source: JIM.fr 21/07/2018