SOMeC

sous l'égide de l'Unaformec Rhône-Alpes


Poster un commentaire

L’Assurance maladie recadre les conditions de remboursement des actes de téléconsultation | Hospimedia

La téléconsultation est entrée dans le droit commun. Certaines entreprises proposent donc les services de leurs plateformes dédiées en mettant en avant la possibilité de se faire rembourser. Or ce remboursement est soumis à conditions, tient à repréciser l’Assurance maladie. La téléconsultation fait partie d’un cadre, celui du parcours de soins….

Source: Hospimedia


Poster un commentaire

Télémédecine: la HAS prépare un guide pour accompagner les médecins | TICsante.com

La Haute autorité de santé (HAS) publiera « d’ici fin 2018 » un guide sur le bon usage et la qualité des pratiques de téléconsultation et de télé-expertises, a-t-elle indiqué le 15 septembre.

Ce guide contiendra des recommandations pratiques sur l’organisation, la mise en oeuvre et les moyens techniques à déployer pour la téléconsultation et la télé-expertise, ainsi que des outils d’évaluation pour améliorer les pratiques et des outils d’information des patients.

Source: TICsante.com


Poster un commentaire

Aux HCL, prédire et gérer les toxicités des immunothérapies | CHU réseau

ImmuCare repose sur
  • Une plateforme de demandes d’avis médicaux en ligne, pour les professionnels de santé de ville, disponible depuis le portail sécurisé des HCL, myhclpro.sante-ra.fr, avec l’assurance d’une réponse dans les 48h ouvrées et la mise à disposition de coordonnées de personnes ressources par spécialité.
  • Un numéro de téléphone dédié aux professionnels de santé, permettant de gérer les cas les plus urgents et de faciliter l’hospitalisation lorsqu’elle est nécessaire.
  • Une télésurveillance des patients à domicile, par le biais de questionnaires établis par les médecins des HCL et envoyés chaque semaine aux patients.

Des comités médicaux ImmuCare ont été établis pour chaque spécialité (dermatologie, endocrinologie, pneumologie, néphrologie, allergologie,  pharmacie, radiologie, radiothérapie…) et des réunions de concertations pluridisciplinaires (RCP) de recours sont mises en place pour chaque patient afin de traiter toutes les questions en lien avec son traitement (reprise thérapeutique après toxicité ? contre-indications relatives ou absolues à un traitement par immunothérapie ?…). Un lien fort est également établi avec le service de pharmacovigilance des HCL, afin de garantir aux patients la meilleure prise en charge, dans les meilleurs délais.

Source: CHU réseau 2018


Poster un commentaire

L’examen des grains de beauté en pharmacie, c’est désormais possible ! | Univadis

… un service innovant est désormais proposé par le réseau de pharmacies PharmaBest : le dépistage sans rendez-vous des mélanomes, ces lésions cancéreuses sur la peau qui touche chaque année 14 300 Français et cause 1 800 décès. Ce dispositif a été mis en place en partenariat avec le syndicat national des dermatologues-vénéréologues.

En pratique, le patient est accueilli dans un espace privé de l’officine, où il commence par remplir un questionnaire. Le pharmacien prend ensuite un cliché détaillé de la tache suspecte. Les images sont aussitôt transmises à une plateforme, Screen cancer, située en Alsace. « Là, des dermatologues diront sur simple photo, à partir de la forme, de la couleur, de la taille… s’il y a suspicion de cancer. Aucune donnée n’est stockée ici », explique Bruno Bader, dirigeant d’une officine parisienne qui participe à l’opération.

Le patient reçoit une réponse sous 15 jours. Ce service est facturé 28 euros le premier cliché, 14 euros le suivant. Il rencontre déjà un grand succès : les patients sont séduits par son côté pratique, un coût raisonnable et la rapidité de prise en charge, alors que le délai de consultation chez un dermatologue est souvent de plusieurs mois.

En Norvège où la pratique est généralisée, 0,7 % des grains de beauté photographiés ont été déclaré malins et la détection précoce du mélanome, gage de meilleures chances de guérison, a été renforcée.

Source: Univadis. 6 juin 2018


Poster un commentaire

Télé-expertise dermatologique en OPEX

La télémédecine permet de soumettre à distance et parfois en temps réel à des experts des dossiers cliniques, biologiques ou radiologiques. À partir d’une sélection de messages internet adressés par des médecins en opération extérieure et/ou en poste isolé, l’intérêt mais aussi les limites de la télé-expertise en dermatologie sont analysés. La qualité du message (analyse sémiologique correcte, anamnèse complète, définition de l’image jointe) et l’expérience de terrain des experts déterminent la pertinence de la réponse. L’importance de la rétro-information est aussi fondamentale pour améliorer l’expertise. Mais la difficulté relève de la fréquente impossibilité d’affirmer un diagnostic étiologique faute d’exploration complémentaire suffisante sur place ou de suivi du malade autorisant un recul évolutif, permettant l’évaluation d’une thérapeutique d’épreuve. La formation à la télémédecine des médecins et infirmiers du Service de santé des armées et une meilleure formalisation des messages peuvent contribuer à l’efficience de ce mode de communication.

Source: Morand JJ. Télé-expertise dermatologique en OPEX. médecine et armées, 2018, 46, 1, 027-036


Poster un commentaire

L’assurance maladie propose des tarifs de télémédecine pour une généralisation en septembre 2018 | TICsante.com

Dans le cadre des négociations conventionnelles, l’Union nationale des caisses d’assurance maladie (Uncam) a apporté le 19 avril une série d’assouplissements au projet d’avenant relatif à la télémédecine, concédant notamment d’ouvrir la téléconsultation à l’ensemble des patients dès septembre.

Source: TICsante.com


Poster un commentaire

Téléconsultation et télé-expertise: « Aucune situation clinique ne peut être exclue a priori » (HAS) | TICsante.com

La Haute autorité de santé (HAS) a publié le 20 avril une « fiche mémo » sur la qualité et la sécurité des actes de téléconsultation et de télé-expertise dans laquelle elle estime qu' »aucune situation clinique ne peut être exclue a priori » d’un recours à ces pratiques médicales à distance.

La publication de cette fiche faite suite à une saisine de la HAS par le ministère des solidarités et de la santé visant à « définir les situations cliniques, les champs et les publics pour lesquels les actes de téléconsultation (TLC) et de télé-expertise (TLE) devraient être exclus ».

Source: TICsante.com

Fiche mémo « Qualité et sécurité des actes de téléconsultation et de télé-expertise » de la HAS